Graphiques

Modèles

Modèles

  • Feu bactérien
  • Ravageurs SOPRA

irrigation au goutte à goutte

Principe de l'irrigation automatique

Irrigation goute à goute

Sur chacune des 6 zones de mesure proches d’un goutteur et représentatives du verger, 1 paire de sondes de type Watermark SS200 est installée. Sur la figure ci-contre, la sonde de gauche est positionnée   de manière à indiquer l’extension latérale du bulbe (front d’humidité dans la largeur) et la sonde de droite de manière à indiquer son extension verticale (front d’humidité en profondeur). Les deux sondes sont placées à 25-35 cm du point de gouttage et 25-30 cm de profondeur selon le type de sol pour la première sonde et à 15 cm du point de gouttage et 50-60 cm de profondeur pour la deuxième.

Irrigation goute à goute - Graphique

L’appareil relié aux sondes est programmé pour effectuer plusieurs irrigations par jours. Celles-ci ne sont effectivement déclenchées que si l’humidité du sol dépasse un seuil critique, en général 40-50 cbar pour les médianes calculées à partir des 6 sondes de surface (en rouge) et 30-40 cbar pour les médianes des 6 sondes de profondeur (en bleu). Pour faciliter la lecture, seules les 2 courbes déterminantes (valeurs les plus élevées, trait continu) sont représentées, soit une par profondeur.

 

Les poutres indiquent la somme des irrigations réellement déclenchées pour chaque jour en fonction de l’humidité du sol. Elles représentent une irrigation proche de l’optimum puisqu’elles s’adaptent pratiquement en temps réel aux besoins du verger, lui-même soumis à l’influence des conditions climatiques. Le nombre d’irrigations, leur durée, ainsi que les seuils de déclenchement peuvent être modifiés à distance via une commande envoyée par SMS.

Sites de référence

Actuellement, deux sites sont équipés pour la région lémanique (Gala à Etoy et Golden à Grens) et un pour le Valais central (Jazz sur le domaine Agroscope de Conthey). Ces sites peuvent servir de référence dans leur région respective pour des vergers de pommier en pleine production. Toutefois, ces références ne constituent pour le moment que des ordres de grandeur, car l’irrigation est influencée par de nombreux facteurs.
Pour tenir compte de la diversité des situations en fonction de la nature et profondeur du sol, de l’éventuelle existence d’une nappe phréatique, de l’âge, de la vigueur et de la charge en fruits des arbres, le nombre de sites devrait augmenter.